Beit Guvrin - Maresha National Park

Région: Sud, Durée du parcours: Une heure, Point de départ: Bet Govrin, Point d’arrivée: Parc national de Bet Govrin, Type de parcours: Marche
Source: Autorité israélienne de la nature et des parcs
Region: Sud
URL

L'Autorité israélienne de la nature et des parcs nationaux (ANP) a découvert un amphithéâtre romain complet dans la partie nord du parc, une partie des bains publics de la même époque et une impressionnante forteresse croisée. Un chemin en bois mène aux absides souterraines et à d'autres parties impressionnantes de la forteresse.

 

Principaux points d'intérêt :

L'amphithéâtre romain

Les ruines de la ville romaine

La forteresse croisée et le fort

 

Point de vue :

Du haut de l'amphithéâtre

 

Activités de l'Autorité israélienne de la nature et des parcs nationaux (ANP) pour améliorer les services rendus aux visiteurs et préserver le site :

L'ANP a préparé une zone de stationnement, a installé des toilettes et ajouté des panneaux explicatifs. L'ANP a préservé l'amphithéâtre et l'a restauré pour pouvoir accueillir des visiteurs et des spectacles. Elle est responsable des fouilles archéologiques sur le site et des antiquités qui y sont découvertes.

 

Comment s'y rendre :

L'entrée du site (la ville nord) est très proche de la station essence près du kibboutz Beit Guvrin (autoroute 35).

 

Contexte :

Après la révolte Bar Kochba (135-132 après J.-C.), Beit Guvrin devient la principale ville de la province romaine d'Idumea. Au cours des années 199-200, la ville reçoit le statut de « polis » et les souverains frappent même leur propre monnaie, la marquant avec le nom officiel de la ville « Lucia Septimia Severa Eleutheropolis » (la ville des hommes libres) ou « Eleutheropolis » pour faire court. À cette époque, de magnifiques bâtiments publics sont construits, comme l'amphithéâtre et les bains publics, dont les restes ont été découverts dans le parc national.

Au cours de la période byzantine, Beit Guvrin devient un important centre chrétien servant de résidence aux évêques et devient même l'une des cinq plus grandes villes de la terre d'Israël. Après la conquête arabe du 7ème siècle, la ville est appelée Beit Jibrin, un nom qui conserve l'ancien nom hébreu de la ville. À cette époque, la ville perd son ancienne gloire, mais elle continue d'être un important centre local.

En 1099, les Croisés conquièrent la terre d'Israël et établissent le royaume de Jérusalem. En 1134, Fulk, le roi croisé, décide de fortifier la frontière sud de son royaume et de construire une forteresse à Beit Guvrin. Deux ans plus tard, la forteresse est remise aux Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean (les Hospitaliers). Ils élargissent la forteresse et la renforcent méthodiquement. Sous leur protection, les installations civiles se développent tout autour.

Pendant la période ottomane, la ville de Beit Jibrin est construite sur les ruines de la ville antique. Pendant la Guerre d'Indépendance, les Forces de Défense Israéliennes conquièrent Beit Guvrin et, en 1949, les fondateurs du kibboutz Beit Guvrin s'y installent.

 

Itinéraire :

1. L'amphithéâtre

L'amphithéâtre est situé près du coin nord-ouest de la ville romaine, où les bâtiments publics de la ville ont été construits au début du 3ème siècle après J.-C. Un pont moderne s'appuie sur le mur de la ville romaine et conduit aux gradins en bois de l'amphithéâtre. À certains endroits, la hauteur du mur conservé atteint 4 mètres. Les fouilles ont permis de découvrir l'amphithéâtre presque dans son intégralité. C'est la seule découverte architecturale et archéologique de ce genre au Moyen-Orient. Dès le départ, l'amphithéâtre de Beit Guvrin a été conçu pour recevoir des combats de gladiateurs et des combats d'êtres humains contre des animaux sauvages. Nous pouvons supposer que des défilés, des entraînements militaires et des spectacles spectaculaires y étaient probablement également présentés. D'autres bâtiments romains furent utilisés comme amphithéâtres, comme à Beit Shean, Naplouse et Césarée, mais ils servaient auparavant d'hippodromes, c'est-à-dire qu'ils étaient destinés à recevoir des courses de chars.

Les gradins originaux de l'amphithéâtre comportaient entre 9 et 11 rangées et pouvaient accueillir environ 3 500 spectateurs. Les spectateurs entraient par 4 entrées voûtées qui les menaient à leurs sièges. Les sièges originaux ont tous disparus et beaucoup d'entre eux ont été utilisés comme matériaux de construction pour les bâtiments ultérieurs. En face du nouveau gradin en bois, dans la première rangée au-dessus de l'arène de la partie sud de l'amphithéâtre, vous pouvez voir les sièges des dignitaires d'origine. Le gradin est situé de telle sorte que le soleil brille par derrière et n'éblouit pas les spectateurs.

Depuis les gradins, vous pouvez rejoindre le couloir de service voûté. Vous trouverez un accès depuis le plan incliné qui mène à l'arène, à côté du pont qui monte jusqu'aux gradins. Le couloir a été fouillé dans son intégralité et peut être parcouru sur tout son parcours. Notez la petite pièce (3,2 x 3,8 mètres) dans le mur ouest du couloir. Les archéologues l'ont identifié comme la salle de culte de l'amphithéâtre (sacellum). Un escalier souterrain et un petit tunnel menaient de la petite pièce vers plusieurs absides souterraines. Les gladiateurs et les animaux attendaient ici avant d'entrer dans l'arène. Le petit temple était peut-être le lieu de culte des combattants. Depuis le couloir arqué, sortez dans l'arène et essayez d'imaginer la foule excitée regardant les combats de gladiateurs. L'amphithéâtre a été utilisé pendant au moins 150 ans. Au Moyen Âge, il fut ensuite utilisé principalement comme étable, mais il a également été utilisé à des fins industrielles. Pendant la période ottomane, l'amphithéâtre a été abandonné et rempli de terre et de déchets.

 

Forteresse croisée et église

La forteresse des Croisés est beaucoup plus petite que la ville romaine, mais sa conception a été fortement influencée par sa structure. Le chemin part de l'amphithéâtre et passe devant une tour semi-octogonale dans le coin sud-ouest du mur de la forteresse. Ici, le mur tourne vers l'est et continue jusqu'à l'église des Croisés. L'église est en fait une basilique typique, avec une nef et deux allées. Elle a été construite peu de temps après la citadelle à l'intérieur du fort, qui est adjacente à l'église. Pour la construire, les Croisés ont utilisé des piliers, des chapiteaux, des carreaux de sol et tous les éléments architecturaux anciens qu'ils trouvaient et qui pouvaient leur servir. Presque tous les éléments proviennent de la période romaine-byzantine. L'aile sud n'a pas été conservée. L'aile nord est relativement bien conservée, à la fois parce qu'elle est adjacente au mur sud intérieur du fort et parce qu'elle a ensuite été utilisée comme mosquée. La niche de prière (le mihrab) face à la Mecque est particulièrement visible dans le mur sud de l'église. Dans l'abside de l'aile nord se trouve une niche avec une ouverture à travers laquelle de l'eau coulait. L'eau était peut-être considérée sainte et elle était probablement utilisée à des fins rituelles.

 

Le fort

Le fort a été construit sur les fondations de bains publics romains. Les vestiges de deux périodes sont ici mélangés. Le site montre également des restes des périodes Mamelouk et Ottomane. Le fort est une forteresse à part entière et il reste imprenable même si l'ennemi parvient à pénétrer à travers les fortifications extérieures. Il est constitué de pièces entourant une cour. La première salle qui reçoit les visiteurs est la salle à manger du fort. Les restes de quatre absides à côté du mur du fort sont clairement visibles : deux à gauche du chemin en bois, une située là où se trouve l'ouverture et une à droite du chemin. Des piliers en pierre coupés en deux ont été placés sur le sol et utilisés comme tables. On retrouve d'importants restes des bains publics romains dans la partie occidentale du fort mais ils ne sont visibles que depuis la piste. À ce jour, ce sont les seuls bains publics impériaux retrouvés en Israël. Ils méritent leur titre impérial pour au moins deux raisons : d'une part ils reprennent les plans des bains de Rome, la capitale, ensuite de part leur très grande taille (ils s'étendent sur une zone de 10 dounams, soit un hectare).

Le sentier continue vers les escaliers qui mènent vers d'impressionnantes absides souterraines de l'époque romaine. Les absides se situent en bas d'une pente menant au cours d'eau Guvrin. Elles ont été construites afin de créer une surface plane pour les fondations des immenses bains publics. Les absides ont été construites autour de l'année 200 après J.-C., à l'époque de l'empereur Severus. La qualité de la construction est tellement élevée qu'elles se trouvent ici dans leurs versions originales et ne nécessitent aucune rénovation. Les absides souterraines sont la dernière étape de la piste. De là, vous pouvez revenir à la porte du complexe.

Products specifications
Région Sud
Type de parcours Marche
Point de départ Bet Govrin
Point d’arrivée Parc national de Bet Govrin
Type de voyage Visite de sites antiques
Adapté aux enfants Oui
Longueur du parcours Quelques centaines de mètres
Durée du parcours Une heure
Téléphone +972-8-6811020
URL http://www.parks.org.il/ParksAndReserves/betGuvrinMaresha/Pages/default.aspx
Accessibilité Non
Aperçu du parcours Circulaire
Meilleure saison All year long
Adapté pour les pique-niques Oui
Eau potable Disponible
Parking Oui
Eaux de baignade Non
Équipement spécial Chaussures, chapeau, eau
Précautions Ne vous éloignez pas des chemins balisés pour ne pas risquer de tomber dans des fosses ou dans des bâtiments délabrés. Attention, l'escalier de l'amphithéâtre est raide.

L'Autorité israélienne de la nature et des parcs nationaux (ANP) a découvert un amphithéâtre romain complet dans la partie nord du parc, une partie des bains publics de la même époque et une impressionnante forteresse croisée. Un chemin en bois mène aux absides souterraines et à d'autres parties impressionnantes de la forteresse.

 

Principaux points d'intérêt :

L'amphithéâtre romain

Les ruines de la ville romaine

La forteresse croisée et le fort

 

Point de vue :

Du haut de l'amphithéâtre

 

Activités de l'Autorité israélienne de la nature et des parcs nationaux (ANP) pour améliorer les services rendus aux visiteurs et préserver le site :

L'ANP a préparé une zone de stationnement, a installé des toilettes et ajouté des panneaux explicatifs. L'ANP a préservé l'amphithéâtre et l'a restauré pour pouvoir accueillir des visiteurs et des spectacles. Elle est responsable des fouilles archéologiques sur le site et des antiquités qui y sont découvertes.

 

Comment s'y rendre :

L'entrée du site (la ville nord) est très proche de la station essence près du kibboutz Beit Guvrin (autoroute 35).

 

Contexte :

Après la révolte Bar Kochba (135-132 après J.-C.), Beit Guvrin devient la principale ville de la province romaine d'Idumea. Au cours des années 199-200, la ville reçoit le statut de « polis » et les souverains frappent même leur propre monnaie, la marquant avec le nom officiel de la ville « Lucia Septimia Severa Eleutheropolis » (la ville des hommes libres) ou « Eleutheropolis » pour faire court. À cette époque, de magnifiques bâtiments publics sont construits, comme l'amphithéâtre et les bains publics, dont les restes ont été découverts dans le parc national.

Au cours de la période byzantine, Beit Guvrin devient un important centre chrétien servant de résidence aux évêques et devient même l'une des cinq plus grandes villes de la terre d'Israël. Après la conquête arabe du 7ème siècle, la ville est appelée Beit Jibrin, un nom qui conserve l'ancien nom hébreu de la ville. À cette époque, la ville perd son ancienne gloire, mais elle continue d'être un important centre local.

En 1099, les Croisés conquièrent la terre d'Israël et établissent le royaume de Jérusalem. En 1134, Fulk, le roi croisé, décide de fortifier la frontière sud de son royaume et de construire une forteresse à Beit Guvrin. Deux ans plus tard, la forteresse est remise aux Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean (les Hospitaliers). Ils élargissent la forteresse et la renforcent méthodiquement. Sous leur protection, les installations civiles se développent tout autour.

Pendant la période ottomane, la ville de Beit Jibrin est construite sur les ruines de la ville antique. Pendant la Guerre d'Indépendance, les Forces de Défense Israéliennes conquièrent Beit Guvrin et, en 1949, les fondateurs du kibboutz Beit Guvrin s'y installent.

 

Itinéraire :

1. L'amphithéâtre

L'amphithéâtre est situé près du coin nord-ouest de la ville romaine, où les bâtiments publics de la ville ont été construits au début du 3ème siècle après J.-C. Un pont moderne s'appuie sur le mur de la ville romaine et conduit aux gradins en bois de l'amphithéâtre. À certains endroits, la hauteur du mur conservé atteint 4 mètres. Les fouilles ont permis de découvrir l'amphithéâtre presque dans son intégralité. C'est la seule découverte architecturale et archéologique de ce genre au Moyen-Orient. Dès le départ, l'amphithéâtre de Beit Guvrin a été conçu pour recevoir des combats de gladiateurs et des combats d'êtres humains contre des animaux sauvages. Nous pouvons supposer que des défilés, des entraînements militaires et des spectacles spectaculaires y étaient probablement également présentés. D'autres bâtiments romains furent utilisés comme amphithéâtres, comme à Beit Shean, Naplouse et Césarée, mais ils servaient auparavant d'hippodromes, c'est-à-dire qu'ils étaient destinés à recevoir des courses de chars.

Les gradins originaux de l'amphithéâtre comportaient entre 9 et 11 rangées et pouvaient accueillir environ 3 500 spectateurs. Les spectateurs entraient par 4 entrées voûtées qui les menaient à leurs sièges. Les sièges originaux ont tous disparus et beaucoup d'entre eux ont été utilisés comme matériaux de construction pour les bâtiments ultérieurs. En face du nouveau gradin en bois, dans la première rangée au-dessus de l'arène de la partie sud de l'amphithéâtre, vous pouvez voir les sièges des dignitaires d'origine. Le gradin est situé de telle sorte que le soleil brille par derrière et n'éblouit pas les spectateurs.

Depuis les gradins, vous pouvez rejoindre le couloir de service voûté. Vous trouverez un accès depuis le plan incliné qui mène à l'arène, à côté du pont qui monte jusqu'aux gradins. Le couloir a été fouillé dans son intégralité et peut être parcouru sur tout son parcours. Notez la petite pièce (3,2 x 3,8 mètres) dans le mur ouest du couloir. Les archéologues l'ont identifié comme la salle de culte de l'amphithéâtre (sacellum). Un escalier souterrain et un petit tunnel menaient de la petite pièce vers plusieurs absides souterraines. Les gladiateurs et les animaux attendaient ici avant d'entrer dans l'arène. Le petit temple était peut-être le lieu de culte des combattants. Depuis le couloir arqué, sortez dans l'arène et essayez d'imaginer la foule excitée regardant les combats de gladiateurs. L'amphithéâtre a été utilisé pendant au moins 150 ans. Au Moyen Âge, il fut ensuite utilisé principalement comme étable, mais il a également été utilisé à des fins industrielles. Pendant la période ottomane, l'amphithéâtre a été abandonné et rempli de terre et de déchets.

 

Forteresse croisée et église

La forteresse des Croisés est beaucoup plus petite que la ville romaine, mais sa conception a été fortement influencée par sa structure. Le chemin part de l'amphithéâtre et passe devant une tour semi-octogonale dans le coin sud-ouest du mur de la forteresse. Ici, le mur tourne vers l'est et continue jusqu'à l'église des Croisés. L'église est en fait une basilique typique, avec une nef et deux allées. Elle a été construite peu de temps après la citadelle à l'intérieur du fort, qui est adjacente à l'église. Pour la construire, les Croisés ont utilisé des piliers, des chapiteaux, des carreaux de sol et tous les éléments architecturaux anciens qu'ils trouvaient et qui pouvaient leur servir. Presque tous les éléments proviennent de la période romaine-byzantine. L'aile sud n'a pas été conservée. L'aile nord est relativement bien conservée, à la fois parce qu'elle est adjacente au mur sud intérieur du fort et parce qu'elle a ensuite été utilisée comme mosquée. La niche de prière (le mihrab) face à la Mecque est particulièrement visible dans le mur sud de l'église. Dans l'abside de l'aile nord se trouve une niche avec une ouverture à travers laquelle de l'eau coulait. L'eau était peut-être considérée sainte et elle était probablement utilisée à des fins rituelles.

 

Le fort

Le fort a été construit sur les fondations de bains publics romains. Les vestiges de deux périodes sont ici mélangés. Le site montre également des restes des périodes Mamelouk et Ottomane. Le fort est une forteresse à part entière et il reste imprenable même si l'ennemi parvient à pénétrer à travers les fortifications extérieures. Il est constitué de pièces entourant une cour. La première salle qui reçoit les visiteurs est la salle à manger du fort. Les restes de quatre absides à côté du mur du fort sont clairement visibles : deux à gauche du chemin en bois, une située là où se trouve l'ouverture et une à droite du chemin. Des piliers en pierre coupés en deux ont été placés sur le sol et utilisés comme tables. On retrouve d'importants restes des bains publics romains dans la partie occidentale du fort mais ils ne sont visibles que depuis la piste. À ce jour, ce sont les seuls bains publics impériaux retrouvés en Israël. Ils méritent leur titre impérial pour au moins deux raisons : d'une part ils reprennent les plans des bains de Rome, la capitale, ensuite de part leur très grande taille (ils s'étendent sur une zone de 10 dounams, soit un hectare).

Le sentier continue vers les escaliers qui mènent vers d'impressionnantes absides souterraines de l'époque romaine. Les absides se situent en bas d'une pente menant au cours d'eau Guvrin. Elles ont été construites afin de créer une surface plane pour les fondations des immenses bains publics. Les absides ont été construites autour de l'année 200 après J.-C., à l'époque de l'empereur Severus. La qualité de la construction est tellement élevée qu'elles se trouvent ici dans leurs versions originales et ne nécessitent aucune rénovation. Les absides souterraines sont la dernière étape de la piste. De là, vous pouvez revenir à la porte du complexe.

Products specifications
Région Sud
Type de parcours Marche
Point de départ Bet Govrin
Point d’arrivée Parc national de Bet Govrin
Type de voyage Visite de sites antiques
Adapté aux enfants Oui
Longueur du parcours Quelques centaines de mètres
Durée du parcours Une heure
Téléphone +972-8-6811020
URL http://www.parks.org.il/ParksAndReserves/betGuvrinMaresha/Pages/default.aspx
Accessibilité Non
Aperçu du parcours Circulaire
Meilleure saison All year long
Adapté pour les pique-niques Oui
Eau potable Disponible
Parking Oui
Eaux de baignade Non
Équipement spécial Chaussures, chapeau, eau
Précautions Ne vous éloignez pas des chemins balisés pour ne pas risquer de tomber dans des fosses ou dans des bâtiments délabrés. Attention, l'escalier de l'amphithéâtre est raide.