The Boxthorn Trail and the Rampart Trail

Région: Tel Aviv et centre, Durée du parcours: Environ 1 h, Point de départ: Parc national de la plage de Palmahim, Point d’arrivée: Au point de départ, Type de parcours: Marche
Source: Autorité israélienne de la nature et des parcs
Region: Tel Aviv et centre
URL

Une plage magnifique, un ancien rempart et une péninsule qui s’avance dans la mer : voilà ce qui vous attend au parc national de la plage de Palmahim. La Direction de la nature et des parcs d’Israël a balisé le Chemin des Lyciets et le Chemin des Remparts sur le site qui vous conduiront à la falaise abrupte de Yavne Yam et aux coins magnifiques qui bordent la plage de Palmahim.

 

Points d’intérêt principaux :

- la plage pour se baigner

- le site de Yavne Yam

- la faune et la flore typiques du littoral

- un grand rempart de la ville cananéenne

- la ferme des tortues

 

Point de vue :

- vue depuis la falaise de Yavne Yam sur le parc national

- vue depuis le sommet du rempart cananéen

 

Activités de la Direction de la nature et des parcs d’Israël pour améliorer les services aux visiteurs et préserver le site :

La Direction a aménagé la plage pour la baignade, balisé les parcours de randonnée et dirige des excavations archéologiques dans le parc national.

En matière préservation de la nature, elle sauve des œufs de tortue et lorsqu’ils éclosent, les tortues sont relâchées dans la mer en toute sécurité.

 

Comment y aller :

Depuis la route Tel Aviv-Ashdod (route 4) à l’interchangeur de Gan Raveh, tournez sur la route 4311 en direction de Palmahim. Sur la route du parc national, vous passerez devant Nahal Sorek et le bosquet des parachutistes. Passez l’entrée du kibboutz Palmahim et vous arriverez au parking.

 

Contexte :

Le parc national de Palmahim est un site de vacances et de loisirs célèbre pour les amateurs de plage, mais aussi une réserve qui préserve la plage naturelle, la crête de Kurkar et les plages de sables mouvants. Le parc national inclut également Tel Yavne Yam.

Les genêts blancs sont très répandus dans les zones sableuses et fleurissent au mois de février avec des fleurs abondantes. Parmi les buissons communs figurent également l’artemisia monosperma. Ces deux plantes sont également typiques des sables du désert. Près de la côte, le vent transporte du sel avec lui. Les plantes ici y ont développé une solide résistance : les belles-de-jour de la plage ont tendance à pousser couchées, l’othantus maritimus se couvre d’un épais duvet et les feuilles de la jonquille de mer sont couvertes d’une épaisse couche de cire. Les plantes du littoral fleurissent principalement durant les nuits d’été, car le vent y est doux et ne perturbe pas leurs insectes pollinisateurs.

Le parc national accueille un monde naturel riche, avec de grands mammifères tels que l’oryx, le chacal, le renard rouge et le sanglier sauvage. Ces animaux apprécient aussi les sables et les champs de culture au-delà du parc national. La faune ici compte des animaux propres aux habitats sableux comme le serpent Lytorhynchus, l’acanthodactylus scutellatus et le Chalcides sepsoides.

 

Itinéraire :

1. Le Chemin des Lyciets

Départ à l’angle sud-est du parking (passez la caisse et tournez au sud). Le parcours passe la crête de Kurkar, recouverte d’une végétation dense. Le lyciet, plante épineuse, se démarque particulièrement, ainsi que le genêt blanc et la plante grimpante Prasium. Il s’agit du Chemin des Lyciets. D’environ 600 m, il se termine à la falaise de Yavne Yam.

2. Yavne Yam

Yavne Yam est une large falaise rocheuse qui s’avance dans la mer à la limite sud du parc national. Il s’agit du vestige le plus célèbre de l’ancienne ville portuaire. Le site a été habité pour la première fois pendant la deuxième période cananéenne moyenne (1200-1550 avant J.-C.). À cette époque, l’implantation était cernée par un grand rempart qui protégeait une surface de 600 dounams en forme d’arc. La limite nord de l’arc va jusqu’à la plage de Palmahim et la limite sud est la base de Palmahim, au sud de la route d’accès qui mène à la plage. Bien que sa construction remonte à 3500 ans, le rempart exerce encore un impact sur le paysage local de nos jours.

De cette époque au Moyen-Âge, Yavne Yam accueillait un port, lieu d’accostage mportant. La ville prospéra vers la fin de l’Âge de bronze (1550-1200 avant J.-C.), à l’époque où Israël était encore sous domination égyptienne ainsi que pendant la période perse (539-332 avant J.-C.), et le commerce maritime s’est fortement développé ici.

Pendant la période hellénistique (332-63 avant J.-C.) des Gentils et des Juifs vivaient à Yavne Yam. Le 2e livre des Macchabées nous raconte que Juda le Macchabée (163 avant J.-C.) brûla le port et les bateaux de la ville pour déjouer un complot des Gentils visant à couler leur voisins juifs dans leurs bateaux.

Le village prospéra de nouveau pendant la période byzantine (324-638 après J.-C.). La ville était surnommée Mahoza di Yamnin – le port de Yavne – et était une ville portuaire très importante. De nombreux pèlerins débarquaient ici de leurs bateaux. Lors des excavations sous le règle du professeur Moshe Fisher de l’université de Tel Aviv, des vestiges de magnifiques bâtiments publics de cette période furent mis au jour, dont des sols de mosaïque impressionnants.

Yavne Yam prospéra également au début de la période arabe, sous le règne de la dynastie Omeyyade (661-750 après J.-C.). À l’époque, la ville s’appelait Maahoz Yavne – port de Yavne. Sous le califat et jusqu’au califat abbasside (750-1250), le site fut transformé en avant-poste militaire et pendant la période mamelouke (1260-1516), on l’appelait Minat Rubin – port de Rubin – du nom de la mosquée de Nabi Rubin près de Nahal Sorek.

 

3. Plage

Depuis Yavne Yam, le parcours continue vers le nord au-delà de la falaise, parallèlement à la mer. Il s’agit du Chemin de la falaise, qui mène au centre de services du parc national et à la cabane des sauveteurs. De nombreuses espèces de plantes poussent sur la crête, dont notamment la criste marine -une plante charnue dont les fleurs ressemblent à une ombelle jaune - et l’onagre, une plante dotée de grosses fleurs jaunes.

Dans cette partie de la plage, vous pouvez voir des rochers de plage et des éolianites. Les vagues viennent s’écraser contre elles, les recouvrent puis reviennent. Il s’agit un monde naturel pittoresque où les rochers offrent un habitat aux huîtres, aux crabes et bien d’autres espèces animales, dont les pluviers et les bécasseaux.

Vous pouvez vous arrêter ici, mais nous vous recommandons de poursuivre votre promenade le long de la plage. Au point où la plage se rétrécit, vous trouverez un panneau indiquant le Chemin des Remparts, qui est la partie la plus au nord de l’ancien rempart.

 

4. La ferme des tortues

Sur la plage, près des remparts un panneau indique une petite zone définie : la ferme de tortues. Des tortues de mer caouannes femelles et des tortues de mer vertes remontent sur la plage les nuits d’été, creusent des nids et y enterrent leurs œufs. Elles recouvrent ensuite les nids et reviennent dans la mer. Les œufs enterrés dans le sable sont laissés sans surveillance et les voitures, les baigneurs et les animaux constituent un danger pour eux. Les tortues de mer sont des créatures rares en Israël. Pour préserver leur population, des inspecteurs de la Direction de la nature et des parcs d’Israël patrouillent sur les plages en Israël. Les nids trouvés dans la zone de Palmahim sont emmenés à la ferme dans parc national de la plage de Palmahim où les œufs bénéficient d’une protection totale. En été 2014, les œufs de dix nids à la ferme ont éclos et les bébés tortues ont retrouvé le chemin de la mer en toute sécurité.

 

5. Le Chemin des Remparts

Grimpez au sommet des remparts, d’où vous profiterez d’une vue imprenable. À l’est, vous pouvez voir les collines de la région de Shfela et les collines de Judée qui se dressent au-dessus. Devant les collines, vous pouvez voir la zone industrielle de Yavne industrial, Ness Ziona, Rehovot et Rishon LeZion. Vous pouvez même apercevoir les tours Azrieli et Midgal Shalom à Tel Aviv. Non loin de là, au bout du rempart, vous pouvez voir les maisons du kibboutz Palmahim et au sud, les tours de refroidissement de la centrale électrique d’Ashdod.

Depuis le rempart, vous pouvez descendre directement au parking. Le parcours se termine ici.

 

Photos : Pikiwiki Web

Products specifications
Région Tel Aviv et centre
Type de parcours Marche
Point de départ Parc national de la plage de Palmahim
Point d’arrivée Au point de départ
Type de voyage Itinéraire circulaire le long de la berge cananéenne et la plage
Adapté aux enfants Oui
Longueur du parcours 2 km
Durée du parcours Environ 1 h
Téléphone +972-3-7265633
E-mail gl-palmachim@npa.org.il
URL http://www.parks.org.il/ParksAndReserves/Palmachim/Pages/shvileted.aspx
Accessibilité Non
Aperçu du parcours Circulaire
Meilleure saison Été
Meilleure saison Automne
Meilleure saison Printemps
Adapté pour les pique-niques Oui
Eau potable Disponible
Parking Oui
Eaux de baignade Oui
Précautions Ne vous approchez pas de la bordure de la falaise à Tel Yavne Yam

Une plage magnifique, un ancien rempart et une péninsule qui s’avance dans la mer : voilà ce qui vous attend au parc national de la plage de Palmahim. La Direction de la nature et des parcs d’Israël a balisé le Chemin des Lyciets et le Chemin des Remparts sur le site qui vous conduiront à la falaise abrupte de Yavne Yam et aux coins magnifiques qui bordent la plage de Palmahim.

 

Points d’intérêt principaux :

- la plage pour se baigner

- le site de Yavne Yam

- la faune et la flore typiques du littoral

- un grand rempart de la ville cananéenne

- la ferme des tortues

 

Point de vue :

- vue depuis la falaise de Yavne Yam sur le parc national

- vue depuis le sommet du rempart cananéen

 

Activités de la Direction de la nature et des parcs d’Israël pour améliorer les services aux visiteurs et préserver le site :

La Direction a aménagé la plage pour la baignade, balisé les parcours de randonnée et dirige des excavations archéologiques dans le parc national.

En matière préservation de la nature, elle sauve des œufs de tortue et lorsqu’ils éclosent, les tortues sont relâchées dans la mer en toute sécurité.

 

Comment y aller :

Depuis la route Tel Aviv-Ashdod (route 4) à l’interchangeur de Gan Raveh, tournez sur la route 4311 en direction de Palmahim. Sur la route du parc national, vous passerez devant Nahal Sorek et le bosquet des parachutistes. Passez l’entrée du kibboutz Palmahim et vous arriverez au parking.

 

Contexte :

Le parc national de Palmahim est un site de vacances et de loisirs célèbre pour les amateurs de plage, mais aussi une réserve qui préserve la plage naturelle, la crête de Kurkar et les plages de sables mouvants. Le parc national inclut également Tel Yavne Yam.

Les genêts blancs sont très répandus dans les zones sableuses et fleurissent au mois de février avec des fleurs abondantes. Parmi les buissons communs figurent également l’artemisia monosperma. Ces deux plantes sont également typiques des sables du désert. Près de la côte, le vent transporte du sel avec lui. Les plantes ici y ont développé une solide résistance : les belles-de-jour de la plage ont tendance à pousser couchées, l’othantus maritimus se couvre d’un épais duvet et les feuilles de la jonquille de mer sont couvertes d’une épaisse couche de cire. Les plantes du littoral fleurissent principalement durant les nuits d’été, car le vent y est doux et ne perturbe pas leurs insectes pollinisateurs.

Le parc national accueille un monde naturel riche, avec de grands mammifères tels que l’oryx, le chacal, le renard rouge et le sanglier sauvage. Ces animaux apprécient aussi les sables et les champs de culture au-delà du parc national. La faune ici compte des animaux propres aux habitats sableux comme le serpent Lytorhynchus, l’acanthodactylus scutellatus et le Chalcides sepsoides.

 

Itinéraire :

1. Le Chemin des Lyciets

Départ à l’angle sud-est du parking (passez la caisse et tournez au sud). Le parcours passe la crête de Kurkar, recouverte d’une végétation dense. Le lyciet, plante épineuse, se démarque particulièrement, ainsi que le genêt blanc et la plante grimpante Prasium. Il s’agit du Chemin des Lyciets. D’environ 600 m, il se termine à la falaise de Yavne Yam.

2. Yavne Yam

Yavne Yam est une large falaise rocheuse qui s’avance dans la mer à la limite sud du parc national. Il s’agit du vestige le plus célèbre de l’ancienne ville portuaire. Le site a été habité pour la première fois pendant la deuxième période cananéenne moyenne (1200-1550 avant J.-C.). À cette époque, l’implantation était cernée par un grand rempart qui protégeait une surface de 600 dounams en forme d’arc. La limite nord de l’arc va jusqu’à la plage de Palmahim et la limite sud est la base de Palmahim, au sud de la route d’accès qui mène à la plage. Bien que sa construction remonte à 3500 ans, le rempart exerce encore un impact sur le paysage local de nos jours.

De cette époque au Moyen-Âge, Yavne Yam accueillait un port, lieu d’accostage mportant. La ville prospéra vers la fin de l’Âge de bronze (1550-1200 avant J.-C.), à l’époque où Israël était encore sous domination égyptienne ainsi que pendant la période perse (539-332 avant J.-C.), et le commerce maritime s’est fortement développé ici.

Pendant la période hellénistique (332-63 avant J.-C.) des Gentils et des Juifs vivaient à Yavne Yam. Le 2e livre des Macchabées nous raconte que Juda le Macchabée (163 avant J.-C.) brûla le port et les bateaux de la ville pour déjouer un complot des Gentils visant à couler leur voisins juifs dans leurs bateaux.

Le village prospéra de nouveau pendant la période byzantine (324-638 après J.-C.). La ville était surnommée Mahoza di Yamnin – le port de Yavne – et était une ville portuaire très importante. De nombreux pèlerins débarquaient ici de leurs bateaux. Lors des excavations sous le règle du professeur Moshe Fisher de l’université de Tel Aviv, des vestiges de magnifiques bâtiments publics de cette période furent mis au jour, dont des sols de mosaïque impressionnants.

Yavne Yam prospéra également au début de la période arabe, sous le règne de la dynastie Omeyyade (661-750 après J.-C.). À l’époque, la ville s’appelait Maahoz Yavne – port de Yavne. Sous le califat et jusqu’au califat abbasside (750-1250), le site fut transformé en avant-poste militaire et pendant la période mamelouke (1260-1516), on l’appelait Minat Rubin – port de Rubin – du nom de la mosquée de Nabi Rubin près de Nahal Sorek.

 

3. Plage

Depuis Yavne Yam, le parcours continue vers le nord au-delà de la falaise, parallèlement à la mer. Il s’agit du Chemin de la falaise, qui mène au centre de services du parc national et à la cabane des sauveteurs. De nombreuses espèces de plantes poussent sur la crête, dont notamment la criste marine -une plante charnue dont les fleurs ressemblent à une ombelle jaune - et l’onagre, une plante dotée de grosses fleurs jaunes.

Dans cette partie de la plage, vous pouvez voir des rochers de plage et des éolianites. Les vagues viennent s’écraser contre elles, les recouvrent puis reviennent. Il s’agit un monde naturel pittoresque où les rochers offrent un habitat aux huîtres, aux crabes et bien d’autres espèces animales, dont les pluviers et les bécasseaux.

Vous pouvez vous arrêter ici, mais nous vous recommandons de poursuivre votre promenade le long de la plage. Au point où la plage se rétrécit, vous trouverez un panneau indiquant le Chemin des Remparts, qui est la partie la plus au nord de l’ancien rempart.

 

4. La ferme des tortues

Sur la plage, près des remparts un panneau indique une petite zone définie : la ferme de tortues. Des tortues de mer caouannes femelles et des tortues de mer vertes remontent sur la plage les nuits d’été, creusent des nids et y enterrent leurs œufs. Elles recouvrent ensuite les nids et reviennent dans la mer. Les œufs enterrés dans le sable sont laissés sans surveillance et les voitures, les baigneurs et les animaux constituent un danger pour eux. Les tortues de mer sont des créatures rares en Israël. Pour préserver leur population, des inspecteurs de la Direction de la nature et des parcs d’Israël patrouillent sur les plages en Israël. Les nids trouvés dans la zone de Palmahim sont emmenés à la ferme dans parc national de la plage de Palmahim où les œufs bénéficient d’une protection totale. En été 2014, les œufs de dix nids à la ferme ont éclos et les bébés tortues ont retrouvé le chemin de la mer en toute sécurité.

 

5. Le Chemin des Remparts

Grimpez au sommet des remparts, d’où vous profiterez d’une vue imprenable. À l’est, vous pouvez voir les collines de la région de Shfela et les collines de Judée qui se dressent au-dessus. Devant les collines, vous pouvez voir la zone industrielle de Yavne industrial, Ness Ziona, Rehovot et Rishon LeZion. Vous pouvez même apercevoir les tours Azrieli et Midgal Shalom à Tel Aviv. Non loin de là, au bout du rempart, vous pouvez voir les maisons du kibboutz Palmahim et au sud, les tours de refroidissement de la centrale électrique d’Ashdod.

Depuis le rempart, vous pouvez descendre directement au parking. Le parcours se termine ici.

 

Photos : Pikiwiki Web

Products specifications
Région Tel Aviv et centre
Type de parcours Marche
Point de départ Parc national de la plage de Palmahim
Point d’arrivée Au point de départ
Type de voyage Itinéraire circulaire le long de la berge cananéenne et la plage
Adapté aux enfants Oui
Longueur du parcours 2 km
Durée du parcours Environ 1 h
Téléphone +972-3-7265633
E-mail gl-palmachim@npa.org.il
URL http://www.parks.org.il/ParksAndReserves/Palmachim/Pages/shvileted.aspx
Accessibilité Non
Aperçu du parcours Circulaire
Meilleure saison Été
Meilleure saison Automne
Meilleure saison Printemps
Adapté pour les pique-niques Oui
Eau potable Disponible
Parking Oui
Eaux de baignade Oui
Précautions Ne vous approchez pas de la bordure de la falaise à Tel Yavne Yam